La VAE n’est pas un examen théorique : mais alors comment sommes-nous validés ?

640 360 Samantha Vanderperre

C’est une question récurrente et un sujet qui inquiète nombreux candidats qui se lancent dans une démarche VAE. Tout d’abord, je vous rassure, il n’y a pas d’examen, ni de questions théoriques. La VAE n’est pas un contrôle de vos connaissances, mais une validation.

  •  Le niveau de détail que vous allez apporter va montrer que vous avez une méthode, une pratique dans l’exercice de vos fonctions. C’est ce descriptif de vos activités qui prouve que vous êtes compétent. Ensuite, l’analyser va vous permettre de mettre par écrit les compétences et connaissances que vous en avez retirées. En quelque sorte, vous validez vous-même vos acquis.

Prenons deux exemples :

Le premier autour du thème du management. Je pense qu’il parle à tous car soit vous managez, soit vous êtes managé.

La rédaction sur ce thème amènera à présenter que pour manager une équipe, le candidat a une méthode. Par exemple, il organise des réunions toutes les semaines, il dit bonjour à son équipe chaque matin, il évalue de certaine manière ses collaborateurs, il accorde ou non les congés, il applique la législation du travail… Tout ce niveau de détail est méthodologique. C’est proche de la théorie, sans en être une. Le candidat va ensuite écrire ce qui a été difficile pour lui dans sa pratique de management, les points sur lesquels il a dû évoluer, les manquements, les fiertés… Les modèles sur lesquels il s’est appuyé et ceux qu’il a mis de côté. Encore une fois, cette prise de recul sur son style de management est proche des différentes théories existantes, sans pour autant l’argumenter de façon théorique.

Pour le deuxième exemple, je propose de choisir une matière qui est présente dans tous les niveaux de diplôme : l’anglais.

En aucun cas, vous allez devoir écrire en anglais ou même parler anglais le jour du jury. Par contre, vous allez devoir expliquer votre niveau. Si vous pratiquez aisément, vous allez décrire des situations, c’est-à-dire quand et avec qui vous l’utilisez. Vous prouvez ainsi que vous avez une pratique de la matière en question. Si votre niveau est faible, vous allez le préciser tout en argumentant avec quelles aide et méthode vous vous en sortez. Par exemple, un collègue qui vient avec vous en rdv, qui vous aide à rédiger un mail, ou l’utilisation d’un dictionnaire, ou des cours que vous êtes en train de suivre… Ou encore un séjour à l’étranger pendant lequel vous avez dû vous débrouiller. Vous prouvez ainsi que vous avez une certaine méthode pour pratiquer cette matière.

  •  La VAE n’exige pas de vous d’être un « expert » du diplôme.

Un diplôme se compose de plusieurs matières (environ une quinzaine). Les étudiants ne sont pas des experts, ils n’obtiennent pas la note maximale à chaque matière pour pouvoir obtenir leur diplôme. En comparaison, le monde professionnel vous demande d’être au plus proche du maximum de vos fonctions, alors que le monde de l’enseignement est différent, la plupart du temps la moyenne suffit.

Le système de validation a un ton personnel. C’est la manière dont vous avez appréhendé vos missions qui intéresse le jury, et non un résumé des responsabilités et tâches qui ont représenté vos postes. Toute expérience peut être formatrice, tout dépend de ce que chacun de nous en retient et ce qu’il en fait.  L’évolution n’est-elle pas toujours présente ?!